On parle de nous ! merci Ouest France, et merci à Mathilde LE PETITCORPS qui a rédigé cet article


Une inspiration marquée par un esprit japonais. « C’est une culture que j’apprécie, j’aime leur rapport à l’esthétique ainsi que leur travail des mains », explique-t-elle.

La tisserande ne cherche pas à créer des pièces qui semblent tout droit venues du Japon. « Cependant, il paraît que cette influence japonaise se ressent dans mes créations, que ce soit en termes de rigueur de travail ou dans le choix des motifs et des détails. »

Du Japon à la Bretagne

Mylène Louicellier fait la part belle aux matières naturelles. « J’aime travailler la soie japonaise mais aussi la laine, le lin et le chanvre, si possible de Bretagne. »


Sa région, on la retrouve aussi sans difficultés dans ses créations. « J’aime faire des mélanges », explique-t-elle en pointant du doigt un sac à main confectionné à partir de soie japonaise et de laine bretonne.


Au-delà de sa casquette de tisserande, Mylène Louicellier est également styliste. C’est dans un second atelier situé à Bruz, qu’elle pratique cette autre activité. Un jour tisserande, l’autre styliste, la créatrice, amoureuse du travail du tissu, aime la productivité solitaire de ses deux métiers, mais aussi, plus que jamais après ces mois confinés, le contact avec la clientèle. Au marché à Saint-Thélo, ou en ouvrant ses ateliers au public, c’est bel et bien ce qu’elle recherche.

Kin’noté. L’atelier de Mylène Louicellier, situé à Canihuel, est ouvert au public sur rendez-vous. Renseignements au 06 80 08 41 41